Le métier d'amidonnier | Passion Céréales Publications

Amidonnerie    © Passion Céréales Roquette

Dossier

Le métier d'amidonnier

Passion Céréales

L’amidon est présent en tant qu’ingrédient dans de multiples applications alimentaires et industrielles. Il est extrait de végétaux par des professionnels spécialisés : les amidonniers, aussi appelés « fabricants des produits amylacés ». Au cœur des métiers de l’amidonnerie, l’opérateur de process représente le trait d’union entre la matière première végétale et la vaste gamme d’ingrédients issus des céréales qui jouent des rôles clés dans la vie quotidienne.


L’amidon est un glucide complexe, constitué d’une longue chaîne de molécules, présent dans la plupart des végétaux, dont les céréales, les protéagineux et les tubercules. En France, il est principalement extrait des grains de blé et de maïs et, dans une moindre mesure, de la pomme de terre et de pois.

L'industrie des produits amylacés a pour objet d'extraire tous les constituants de la plante dont l'amidon pour en faire un ingrédient utilisé sous différentes formes dans de nombreuses applications alimentaires (confiserie, boulangerie, biscuiterie, plats préparés, boissons…) et industrielles (papiers, peintures, bioplastiques…).

Si les procédés de fabrication et les équipements industriels varient selon les matières premières mises en œuvre, leur finalité commune est de produire un amidon dit « natif » qui sera utilisé tel quel ou sera envoyé dans des ateliers de transformation afin d’en améliorer les qualités techniques (« amidons modifiés ») non OGM, maltodextrines, ou de fabriquer des produits sucrants (sirops de glucose, maltodextrines, polyols…).

Les propriétés de l’amidon font l'objet de recherches poussées qui alimentent en permanence l’innovation et offrent régulièrement de nouvelles perspectives à ce secteur d’activité porteur, représentant 5 300 emplois directs et 10 000 emplois indirects.*
* Source : Usipa

L’opérateur de process en amidonnerie a pour mission de mener à bien le processus industriel d’extraction de l’amidon et/ou de transformation de l’amidon en un ingrédient spécifique.

À ce titre, l’opérateur :

  • assure le pilotage de la ligne de production dans le respect des procédés de fabrication,
  • maîtrise la quantité des déchets industriels du circuit, réutilisés dans la quasi-totalité des cas
  • réalise les analyses sur les produits et contrôle leur conformité,
  • rédige les rapports de poste,
  • participe à l'amélioration de la performance (production, qualité, sécurité, sécurité alimentaire, environnement…),
  • veille au bon fonctionnement du matériel et des consommables,
  • réalise des diagnostics de maintenance de 1er niveau.

Bien que l’amidonnerie nécessite des équipements industriels imposants, l’opérateur de process exerce son métier dans un environnement professionnel à taille humaine. Chacun peut y apprendre, s’épanouir, contribuer à la performance globale de l'entreprise et être reconnu pour cela.

Il existe actuellement en France métropolitaine dix* sites de production (amidonneries) répartis dans le quart Nord-Est du territoires et implantés au cœur des territoires de production céréalière. Compte tenu de la spécialisation de l’outil industriel, les unités peuvent être dédiées à une matière première (blé ou maïs) ou polyvalentes pour les plus importantes d’entre elles.

* Source : Usipa
 

Accessible aux femmes comme aux hommes, le métier d’opérateur de process amidonnier requiert en premier lieu d’être fortement attiré par l’univers industriel, dont ce professionnel apprécie les réalités et accepte les contraintes, notamment horaires. L’opérateur nourrit un intérêt pour la matière première végétale, la biochimie, les techniques industrielles…

Doté d’une réelle capacité à organiser son travail et d’une aptitude au travail en équipe, il est particulièrement vigilant sur les questions d’hygiène, de propreté et de sécurité. Son sens de l’observation et du concret lui permettent d’être réactif et d’agir avec pertinence et précision.

Ce métier de production requiert idéalement un « Bac+2 » de type DUT ou BTS Chimie ou Électrotechnique, mais il est également ouvert au niveau « Bac Pro » dans une spécialité adaptée au secteur ainsi qu’aux détenteurs d’une expérience équivalente reconnue, par exemple dans la conduite de process automatisé.

En termes de carrière, l’opérateur de process peut évoluer vers les fonctions d’encadrement d’équipe (agent de maîtrise) mais aussi de laborantin ou de technicien de laboratoire… Par ailleurs, les acteurs disposant de plusieurs sites de production, ce secteur offre des opportunités de mobilité géographique.